Ceux qui s'aiment se laissent partir, roman

Livre

Balavoine, Lisa (1974) - Auteur du texte

Est-ce qu'on peut éviter les peines, la mélancolie, ce qui se répète, tous ces chagrins qu'on se trimballe et qu'ensuite on se transmet, est-ce qu'on peut les remiser, sous des pulls trop grands, dans les bras d'un amour de passage ou dans les mots qu'on écrit, est-ce qu'on peut seulement faire comme si cela n'existait pas ? Dans ce roman intime et fragmentaire, Lisa Balavoine raconte sa mère, cette femme insaisissable avec qui elle a grandi en huis clos. Une femme séparée, qui rêve d'amour fou, écoute en boucle des chansons tristes et déménage sans cesse, entraînant sa fille dans une vie tourmentée. Entre fascination et angoisse, l'enfant se débat auprès de cette figure parentale attachante, instable, qui s'abîme dans le chagrin, laissant ceux qui l'aiment impuissants. En choisissant de s'éloigner, la fille devenue mère ne cessera d'être rattrapée par les fantômes de son passé. Jusqu'à quand ? Histoire d'un amour filial empêché, Ceux qui s'aiment se laissent partir est un récit à fleur de peau sur le poids de l'héritage, mais aussi un livre de réconciliation où l'autrice adresse à sa mère les mots lumineux que celle-ci n'a jamais pu entendre de son vivant.

Vérification des exemplaires disponibles ...

Se procurer le document

Vérification des exemplaires disponibles ...

Ceux qui ont emprunté ont aussi emprunté

Réparer les vivants : roman / Maylis de Kerangal | Kerangal, Maylis de (1967-....). Auteur

Réparer les vivants, roman

Livre | Kerangal, Maylis de (1967-....). Auteur | 2013

La fille de son père : roman / Anne Berest | Berest, Anne (1979-....). Auteur

La fille de son père, roman

Livre | Berest, Anne (1979-....). Auteur | 2010

L'histoire de trois soeurs dans une ville de province : l'aînée Irène, sa cadette la narratrice et la benjamine Charlie. Chacune a pris un chemin différent à l'âge adulte, mais orphelines de leur mère, toutes détestent leur belle-...

Chargement des enrichissements...

Avis

Avis des lecteurs

  • Héritage maternel 5/5

    Dans Ceux qui s’aiment nous laissent partir, on peut lire un témoignage autobiographique, par le prisme d’une relation filiale. On y suit le récit d’une enfance en huit-clos, face à une éducation maternelle incapable d’offrir une stabilité nécessaire. Sans écrire un plaidoyer de ressentiments, Balavoine se soumet à l’exercice de ramener à la vie son Elle enfant, pour la faire suivre d’une vie plus récente, dans laquelle la petite fille a grandie et est, à son tour, mère. En s‘adressant à celle partie, l’autrice livre un récit plein de tendresse sur la question de l’héritage familial.

    Hippolyte - Le 24 juin 2022 à 11:56